Présentation du festival

Le Festival des Sacrées Journées de Strasbourg 

lance sa 8ème édition

Il invite à changer son regard sur l’autre et à bâtir une espérance en l’humanité.

             

Du dimanche 26 janvier au dimanche 2 février 2020, douze lieux à Strasbourg et environs, serviront d’écrin aux quatorze rencontres musicales, danses, ateliers et master class.

130 artistes originaires du monde relèveront le défi de la fraternité et des rencontres interculturelles et interreligieuses.

La proposition artistique a pour ambition d’inviter le public à découvrir 3 ensembles de 3 religions ou spiritualités différentes dans un même lieu de culte. Ces concerts allient authenticité, qualité et générosité des différentes spiritualités.

S’ouvrir au monde d’autrui est une force. Il apporte un nouveau souffle à notre quotidien.

Fortes de ce constat, les Sacrées Journées créent lors des concerts inter-religieux des moments rares d’harmonie où se rencontrent des hommes et des femmes qui vivent et expriment chacun leur spiritualité.

ÉDITO

La force d’un festival tient certainement à l’équilibre particulièrement délicat à préserver, entre la fidélité à ses principes fondateurs et la capacité à se renouveler. Alors que s’ouvre l’année 2020, cette huitième édition du Festival des Sacrées Journées de Strasbourg relève une nouvelle fois ce défi, en poursuivant la programmation traditionnelle de trois ensembles de religions ou de spiritualités différentes se produisant dans un même lieu de culte, et en introduisant des séquences inhabituelles.

C’est le cas de la rencontre inédite entre un chaman amérindien et un chaman népalais. Les traditions chamaniques des peuples premiers, qui ont de tous temps considéré la terre comme la source de vie et non comme une simple ressource, font écho à l’une des préoccupations de l’humanité, devenue aujourd’hui majeure, celle de la dégradation de l’environnement.

C’est également le cas de la représentation proposée en ouverture : Mozart, la truite et Rabbi Jacob. Cette véritable odyssée lyrique révèle des éléments de la présence de la culture juive chez Mozart, Bizet, Schubert, Mendelssohn bien sûr et tant d’autres.

Une large place est également faite à la jeunesse avec une création musicale par de jeunes élèves, sous la direction de Marie-Claudine Papadopoulos, qui fait suite à la tenue de dix master class.
Les grandes orientations des Sacrées journées restent plus que jamais d’actualité avec des ensembles venant de tous les pays : Syrie, Royaume-Uni, Tibet, Etats-Unis, Maroc Inde, pour n’en citer que quelques-uns.

Avec mon adjointe en charge des relations européennes et internationales, qui accompagne ce projet au titre de la Ville, nous voulons remercier très chaleureusement le président de l’association, tous ses membres ainsi que l’équipe de bénévoles pour le travail considérable qu’ils mènent pour faire de chaque édition, un nouveau succès.

Chaque année, les Sacrées journées font de Strasbourg, une ville ouverte aux mélodies du monde, aux différentes spiritualités et aux cultures les plus lointaines, mais aussi une ville de tolérance, de concorde et de dialogue.

Le maire de Strasbourg

Roland Ries